Mot du Président

watt2

Le Groupe COGEFI-Afrique fêtera dans quelques mois sa vingt-huitième année d’existence. Une durée suffisante pour faire une rétrospective du long chemin parcouru. C’est également une opportunité pour dessiner les perspectives d’évolution que nous impose notre leadership dans nos domaines d’intervention.

En effet, depuis la manifestation inaugurale signée par notre groupe à Las Palmas (Espagne) en Août 1989, qui avait permis de réunir en conclave un aréopage de dirigeants africains,  pas moins de 109 éditions des Rencontres Top Management et du Symposium Interafricain de la Gestion Publique ont été tenues, cela sans aucune interruption et selon les programmes annuels communiqués.

Je tiens à rappeler cette performance et la circonstance qui en a lancé la dynamique pour dire qu’aussitôt né, COGEFI s’est donné une vocation internationale et que, dans cet élan, il a ciblé la population des décideurs. D’ailleurs, depuis l’origine, toutes les évolutions que le groupe a dû négocier l’ont été à partir de ces deux points de vue : exister pleinement à l’international et répondre aux préoccupations multiformes des dirigeants d’entreprises et décideurs publics africains. Naturellement, à l’arrière-plan de tout le projet, se devine la vocation africaine de notre groupe et sa quête lancinante de la contribution au développement du continent.

LA VOCATION AFRICAINE ET INITIALEMENT ELITISTE DU GROUPE COGEFI

En ma qualité d’ancien vérificateur externe de l’OUA, j’ai eu, au gré des missions, à parcourir l’Afrique dans toute sa diversité géographique, politique et culturelle. Dans ce même cadre, j’ai eu à accomplir de nombreux voyages dans les pays industrialisés, Europe et Etats-Unis notamment.

En m’ayant permis de constater de visu les différences criardes de développement entre cette partie du monde et notre continent, cette itinérance a fait naître en moi un désir irrépressible de contribution. C’est de là qu’est née l’idée de COGEFI-Afrique. L’enjeu était dès lors pour moi de faire quelque chose pour donner, à mon échelle, un sens au crédo appelant à « la Renaissance africaine ».

Une autre expérience de mon parcours professionnel ayant participé à la genèse de COGEFI-Afrique fut mon passage en tant que commissaire aux comptes en Mauritanie. Mes collègues et moi étions atterrés de constater que les rapports que nous produisions à la fin de nos missions n’étaient suivis d’aucun effet malgré les recommandations pressantes qui y étaient formulées.

Cet état de fait ne pouvait, de notre point de vue, renvoyer qu’à une cause, principalement : le déficit de compétence des dirigeants. De là pour moi l’évidence corrélative de considérer la question du renforcement des capacités des dirigeants comme le levier véritable de la résilience africaine et donc aussi de sa renaissance. D’ailleurs, ne dit-on pas qu’un escalier se balaie par le haut !?

La boucle était donc bouclée. COGEFI devait s’investir dans l’accompagnement des managers dirigeants et des décideurs publics africains pour créer des synergies entre eux, contribuer à leur montée en compétence et participer ainsi, fut-ce indirectement, au développement des pays africains.

COGEFI-AFRIQUE, A L’ECOUTE DES PREOCCUPATIONS DES DIRIGEANTS D’ENTREPRISES ET DECIDEURS PUBLICS AFRICAINS

Cheminer avec les dirigeants d’entreprise et les décideurs publics africains induit l’impératif de l’écoute véritable, surtout lorsque l’on s’avise d’inscrire son action au plus haut niveau de l’exigence professionnelle. Le déploiement de cette écoute a permis à notre groupe de diversifier, d’ajuster et de renforcer en permanence ses métiers et les prestations que ceux-ci recouvrent.

Dans le détail et chronologiquement, il fallait tisser le fil d’or qui allait relier les dirigeants d’entreprises et décideurs publics aux autres acteurs des entreprises et institutions africaines. Ce fil d’or n’est autre que le renforcement des capacités en gestion et management. Ce fut la raison d’être de Top Management Afrique (TMA) et de CAPER en 1998, qui fut l’année du premier démembrement du groupe COGEFI. Il fallait en effet adapter les structures administratives, logistiques et pédagogiques aux spécificités des publics ciblés : top managers et décideurs publics d’un côté, de l’autre les cadres intermédiaires et assimilés.

En plus de voir transférer à leurs collaborateurs les compétences requises pour le développement de leur organisation et de voir ceux-ci mieux les accompagner dans cet objectif, les dirigeants ont régulièrement manifesté le souhait de voir les membres de leur personnel et leurs familles bénéficier de prestations optimisées d’évacuation sanitaire à l’étranger, d’assistance médicale et de renforcement des capacités de leurs personnels médical et paramédical. A cette fin une filiale dédiée, CAPER Médicale Interafricaine (CAMI), a été mise en place à Casablanca (Maroc) en 20…, une filiale qui aura bientôt une représentation à Dakar (Sénégal).

Un autre souhait d’être accompagné a été manifesté par les dirigeants dans le domaine cette fois de l’organisation des colonies de vacances. C’est ainsi que, depuis une décennie, CAPER s’est attelé à la programmation concertée de séjours à l’étranger au profit des enfants de salariés des entreprises et institutions partenaires. Aujourd’hui, les prestations de CAPER sont rôdées dans ce périmètre de l’action sociale, ce au même titre que celles livrées par sa filiale CAMI dans les domaines de l’évacuation sanitaire à l’étranger, de l’assistance médicale et du renforcement des capacités des personnels médical et paramédical.

Toujours suivant les attentes exprimées par des dirigeants assidus à nos manifestations top management, 3 autres domaines d’intervention ont retenu l’attention de notre groupe :

  • les formations sur mesure déployées en intra-entreprise,
  • l’assistance des décideurs dans le choix des stratégies TIC/TELECOM et l’implémentation de solutions SI,
  • le conseil en management et l’accompagnement en organisation.

Pour les formations intra-entreprises, le groupe COGEFI-Afrique a, via ses filiales TMA et CAPER, acquis au fil des années de solides références à l’échelle de l’Afrique francophone et du Maghreb.

Pour les TIC/TELECOM et SI le groupe a lancé courant 2015 une filiale dédiée implantée à Casablanca (Maroc) : AFRIC’TIC.

Pour le conseil et l’accompagnement en organisation, il entend amplifier ses acquis par la création d’une structure spécifique : Caper Assistance et Consulting (CAC) qui sera opérationnelle le 30 Juin prochain.

 COGEFI-AFRIQUE, UNE PRESENCE A L’INTERNATIONAL

On l’aura remarqué, l’exercice des différents métiers de notre groupe s’ancre depuis le 1er jour dans un environnement international. Ceci, qui est un choix délibéré de notre groupe, se vérifie à la fois dans la diversité géographique de nos institutions partenaires, dans la variété des sites où nous déployons nos activités et dans le profil multinational des personnes ressources que nous mettons au service de notre clientèle.

A COGEFI-Afrique nous considérons en effet que l’engagement des utilisateurs de nos services dans un environnement international est une condition primordiale pour leur permettre de relativiser leur expérience propre, aussi affûtée soit-elle, et d’enrichir par le contact interculturel leur imaginaire professionnel et personnel.

De la sorte, et au-delà des finalités pratiques justifiant pour nos partenaires un déplacement à l’étranger, le Groupe COGEFI-Afrique se trouve être le vecteur d’une itinérance créatrice de valeur humaine par la qualité des liens qu’il sait tisser à l’occasion de chacune des manifestations qu’il organise ou des prestations servies par ses filiales et structures logistiques implantées en Afrique subsaharienne, au Maghreb et en Europe – ou se déployant en différents pays d’Asie et en Amérique du Nord.        

COGEFI-AFRIQUE, LA RANÇON DU SUCCÈS

En étant source de notre crédibilité et de notre réussite en tant que groupe leader à l’échelle du continent, l’originalité de notre positionnement dans l’exercice de nos métiers, notre présence à l’international et notre antériorité sur le marché frisant 3 décennies n’ont pas manqué d’attiser la convoitise de pseudo cabinets qui en ont été, pour certains, jusqu’à copier littéralement nos programmes et à décalquer nos procédures.

Cette situation, qui s’impose en particulier à notre filiale CAPER, pervertit à coup sûr la pratique honnête de ce métier exigeant et à forte valeur contributive qu’est la formation continue. Nous n’aurons donc de cesse de dénoncer ces pratiques déloyales en invitant les donneurs d’ordre à ne pas céder à la négligence et à rester vigilants face à l’imposture.

Pour notre part, nous restons sereins car ne variant pas d’un iota par rapport au niveau d’exigence qui a fait, depuis le premier jour, notre réputation en tant que prestataire de formation. Mieux que quiconque en ce domaine, nous savons le prix de l’excellence adossée à une ingénierie pédagogique pointue, à un choix très sélectif de formateurs et à celui d’équipes supports disponibles, compétentes et dévouées.

COGEFI-AFRIQUE, LES PERSPECTIVES D’AVENIR

Eléments à préciser.